Quart de fin de nuit

Cinq heures du matin. Seul sous le ciel immense, 

un peu vanné, je barre un sloop en frêne blond. 

Sous le roof, les copains ronronnent en cadence 

dans d’étranges senteurs de fauve et de houblon.

 

Nous allons au bon plein sous une jolie brise 

(environ douze nœuds fraîchissant au Noroît) . 

Je bois à pleins poumons l'iode qui me grise 

 

 

 

et me piquote un peu car j’ai le nez tout froid.

 

Cinglant au ras des flots, un goéland nous frôle. 

Le vent monte d'un cran. Notre nef caracole. 

Je plane, emmitouflé, le nez dans ma parka.

 

Sous le foc apparaît une aurore incertaine. 

Je fredonne in petto la Suite armoricaine 

et commence à rêver d'un bon arabica.