Sonnet chelou

C’est un sonnet chelou, 

pondu façon chépère 

par un rimeur vénère 

plus qu’un chouïa relou.

 

C’est un sonnet zarbi, 

torché par un souillare, 

mi-verlan, mi-gotarre, 

en glandant au strobi.

 

Il lui faut deux cétères, 

afin de minétère 

ce pouème un peu ouf.

 

Plus qu’un seul à géfore, 

un tantinet sécore, 

et il pourra dire ouf !