Le sonnetron

Pour versificoter un sonnet marotique,

sans excessivement se prendre le citron,

 j’essaie de bidouiller un outil robotique

impérialement baptisé sonnetron.

 

Il pondrait à demande un poème érotique,

propre à émoustiller l’oie blanche et le mitron,

ou, pour les entichés de la sphère gothique,

des vers intempestifs en bois de quercitron.

 

Aux cœurs en mal d’amour, il ferait rimer rose

avec un joli mot qui ne soit pas morose

comme il est coutumier aux enfants d’Apollon.

 

Enfin pour les grincheux à la tripe insoumise,

il pondrait des pamphlets qu’ils diraient sans chemise 

et, le jour du Grand Soir, même sans pantalon.