Om

Om mani padmé houm", psalmodiait un bonze,

tout d’orange vêtu face à l’Himalaya,

à l’aube du huit mai de l’an mil neuf cent onze,

sur un plateau désert que le vent balaya.

 

Le kesa retroussé, il modelait un bronze

sans cesser pour autant son morne charabia.

« Om mani padmé houm », psalmodiait un bonze,

tout d’orange vêtu face à l’Himalaya.

 

Il insérait parfois quelques Alleluia.

Autant le préciser, c’était un fameux gonze

qui, comme il zézayait, se prénommait Alphonze

et fut vingt ans plus tôt, barman à Pattaya.

 

« Om mani padmé houm », psalmodiait ce bonze.