Ronsardine

(Œuvrette de Razkayou sur les rimes d'un sonnet de Ronsard)

 

Est-il jeu plus kiffant que se mettre en chandelle

après avoir surfé les vagues en filant

et, sans l’air d’y toucher, aller émerveillant,

sur la plage bondée de nanas, la plus belle ?

 

Lorsque mon pagayeur reluque une nouvelle,

sur le sable soyeux à demi-sommeillant,

il fait le guignolo pour qu’ell’ s’aill’ réveillant,

à l’abri de la dun’ tapissée d’immortelles.

 

Il s’farcit des figur’s à s’y rompre les os

et ne laisse jamais son esquif en repos

jusqu’à ce que la meuf ne se soit accroupie.

 

Mais le pôvre souvent inspire le dédain.

Pas si bogoss’ que ça, je crains mêm’ que demain 

il ne puisse cueillir les roses de la vie.