Mallarmade

Dussé-je des lettrés essuyer le courroux, 

je cyclamène, hélas, et j’ai lu tous les livres :

Tintin, Gaston Lagaffe, Astérix et Spirou.

Comment passer ce temps qu’il me faut encor vivre ?

 

On s’ennuie tellement à Nogent-le-Rotrou.

J’y rêve quelquefois, surtout quand je m’enivre,

aux paradis austraux peuplés de kangourous.

 

Que n’ai-je encor vingt ans pour hisser la voilure

et cingler au bon plein, c’est la meilleure allure, 

vers ces flots que l’on dit éternels rugissants,

sous des ciels tourmentés d’outremer et de sang,

afin d’y colmater ma funeste félure.